miriam aellig

MIRIAM AELLIG

 
 

Formée musicalement à la Royal Academy of Music de Londres ( Postgraduate Performance Diploma avec distinction ), à l’Atelier lyrique de Bienne, au Conservatoire de la Chaux-de-Fonds ( diplômée avec distinction ) et au Grace College ( Indiana, USA ), Miriam Aellig est également titulaire d’une licence es lettres de l’Université de Neuchâtel. Elle s’est perfectionnée auprès de Noelle Barker ( Londres ), David Jones ( New-York ), Robert Tear ( Londres ), Udo Reinmann ( Amsterdam ), Evelyne Brunner ( Lyon ) et notamment pour la musique baroque auprès de Paul Esswood, James Bowman et Michel Verschaeve.

Miriam Aellig a été lauréate de plusieurs concours. Elle fut finaliste au Concours International de chant Kammer Schloss Rheinsberg ( Berlin ) ainsi qu’au concours English Song  Prize ( Royal Academy of Music, Londres ). Elle a également obtenu le prix d’études de la Fondation Kiefer- Hablitzel ( Berne ) en 1999 et 2000 et le prix d’études de la Fondation
Dienemann-Stiftung ( Lucerne ) en 2000. 

Dans le domaine de l’opéra, elle a été remarquée dans ses interprétations de rôles baroques tels que Galatée ( Acis et Galatée, Haendel ), Vénus ( Vénus et Adonis, Blow ), Belinda ( Didon et Enée, Purcell ). Elle a aussi interprété Serpetta ( La Finta Giardiniera, Mozart ) à Lausanne, Hélène ( L’éducation Manquée ) au Festival « Les Azuriales » à Nice et Papagena ( La Flûte
Enchantée, Mozart ) et Clothilde ( Norma, Bellini ) au Théâtre Ensemble de Bienne ( Suisse ).

 

Miriam Aellig chante également dans de nombreux oratorios. Elle a notamment interprété les Vêpres de Monteverdi, la Messe en si mineur, le Magnificat et l’Oratorio de Noël de Bach, le Messie de Haendel, le Gloria de Vivaldi. Son vaste répertoire inclut également des messes de Haydn, de Schubert, la Messe en ut et le Requiem de Mozart, le Requiem de Fauré, le Psaume 42 de Mendelssohn ou encore le Roi David de Honegger.
Elle éprouve aussi un grand intérêt à interpréter le répertoire contemporain. Dans ce registre elle a chanté dans Niobé de Pascal Dusapin au Théâtre de Lausanne, Les Aventures et les Nouvelles aventures de Ligeti au Théâtre de l’Oriental à Vevey,  Bleu de J. Demierre lors du Festival Les Amplitudes, ainsi qu’Exil de Kancheli, les Folk songs de Berio, avec le Nouvel Ensemble Contemporain. Elle a en outre participé à plusieurs créations dont Et si Bacon… opéra de François Cattin et Fréquence, opéra de Claude Berset.
Miriam Aellig est en outre passionnée par la pédagogie du chant. Elle a enseigné plusieurs années à l’Ecole de Musique du Jura bernois ainsi qu’au Conservatoire de Musique de Genève. Depuis 2010, elle poursuit son activité de pédagogue du chant au sein du Conservatoire Neuchâtelois.